Islande Voyages

Islande, carnet de route #1

30 juillet 2017

Avec mon chéri, nous rêvions de visiter l’Islande depuis plus d’un an. Depuis la Coupe d’Europe de football en juin 2016 et l’exploit de l’équipe islandaise, de plus en plus de reportages sont diffusés sur ce magnifique pays et nous voulions à tout prix découvrir cette île avant qu’elle ne soit trop envahie par les touristes !

4 articles seront consacrés à notre voyage en Islande :

  •  Notre carnet de route (en 2 parties) où je ferai le récit de notre périple et présenterai les différentes étapes de notre itinéraire avec plein de jolies photos
  • un article « pratique » où j’expliquerai l’organisation et la préparation de notre voyage (transport, hébergement, location de voiture, etc) ainsi que le budget consacré
  • mon top 6 des choses à faire à Reykjavík

Avant de commencer à détailler notre itinéraire, un petit topo rapide : nous sommes partis 12 jours et avons fait le tour de l’île par nos propres moyens en louant un 4×4. Pour l’hébergement, nous avons opté pour la solution la plus économique : le camping (sauf pour les 3 nuits passées à Reykjavík).

Nous sommes partis le dimanche 18 juin au soir après un barbecue et des températures avoisinant les 30°C à l’ombre. Autant dire que le choc thermique arrivés sur place fût plutôt brutal avec seulement une dizaine de petits degrés affichés au thermomètre et un léger brouillard !

Nous sommes arrivés à l’aéroport international de Reykjavík situé à Keflavík, un peu en dehors de la ville (il y a un autre aéroport en plein coeur de la capitale, c’était assez fou d’ailleurs de voir les avions aussi bas au dessus de la ville, prêts à atterrir).
Notre avion s’est posé sur le sol islandais aux alentours de minuit et nous avions réservé une navette qui nous déposait directement à la porte de notre auberge de jeunesse à Reykjavík, très pratique !

Après une bonne nuit de sommeil, c’était parti pour le début de l’aventure…

Jour 1 : Découverte de Reykjavik et récupération de la voiture

Nous commençons cette première journée en nous baladant le long de la mer, sur un sentier aménagé pour les piétons et les cyclistes. Plusieurs points d’intérêt se trouvent sur  notre chemin : le Sólfar, sculpture en acier massif, et la Harpa, salle de concert et opéra de Reykjavík. En continuant, nous arrivons vers le centre historique de la capitale et son vieux port Höfn qui regorge de cabanes de pêcheurs, petites boutiques de mode et de créateurs ainsi que des restaurants proposant une cuisine traditionnelle islandaise. Je vous en reparlerai plus en détails dans un prochain article axé sur Reykjavik !

Voyageur du Soleil

En début d’après-midi, nous allons chercher notre voiture à l’agence de location et prenons la route direction le nord du pays sous un grand ciel bleu !

route islande

road trip islande

Nous avons fait plusieurs stops sur la route pour admirer le paysage et faire des photos. Nous nous sommes notamment arrêtés à Kirkjufellsfoss, magnifique chute d’eau en cascades avec en arrière plan le mont Kirkjufell d’un côté et les sommets enneigés de l’autre. Nous continuons la route jusqu’à Ólafsvík, lieu de notre camping (une première pour moi !) pour la nuit.

Kirkjufell

Kirkjufellsfoss

Kirkjufell

Jour 2 : Observation des phoques et beaucoup de route

Nous nous réveillons tôt sous des trombes d’eau accompagnées d’un vent qui nous fouette le visage, autant vous dire qu’on a fait vite à replier la tente !
Nous nous dirigeons vers la plage de Djúpalon qui est un spot pour l’observation des phoques. J’étais toute excitée à l’idée de voir mes « copines » comme je les appelle, mais malheureusement, sous une pluie battante, il a été difficile de voir quelque chose… J’ai cru distinguer une petite tête sortir de l’eau mais ce n’était peut-être qu’un simple rocher !
Un peu déçus, nous reprenons la route plein pot vers le nord du pays pour notre plus grosse journée de voiture (environ 450 km).

Les paysages défilent sous nos yeux et changent très rapidement d’une région à l’autre. On passe de champs de lave désertiques à des pâtures verdoyantes. Sur les bords de mer, les plages de sable noir se dessinent derrière les découpes de roches formées par le refroidissement des coulées de lave.
Nous roulons jusqu’à Akureyri où nous passons la nuit.

djupalonislande nord

plage islande

akureyri

lupin arctique

Jour 3 : Goðafoss et Húsavík

Nous n’avons que peu de route pour rejoindre Goðafoss, littéralement la « chute des Dieux », qui est une des chutes les plus célèbres d’Islande. En approchant du site, sur la route en pleine nature entre Akureyri et la région du lac Mývatn, on ne voit pas immédiatement la chute. On la devine grâce à l’écume qui se forme au dessus de la cascade, tant la puissance de l’eau est importante ! Puis, on découvre une chute en arc de cercle de 12 mètres de haut. Impressionnant !

Goðafoss

Goðafoss
En fin de matinée, direction Húsavík, capitale européenne de l’observation des baleines. Nous avons choisi de prendre nos tickets chez North Sailing pour une croisière programmée à 16h30. Créée en 1995, North Sailing est considérée comme pionnière dans l’observation des baleines en Islande. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour la qualité de ses services et a adopté une politique eco-friendly pour réduire son impact écologique et préserver l’environnement.
Je vous conseille de réserver votre tour en ligne en avance : vous pourrez bénéficier d’une remise de 5 à 15% et choisir l’horaire qui vous convient le mieux.
En attendant 16h30, nous en profitons pour visiter la ville, un charmant port de pêche pittoresque typiquement islandais.

Husavikéglise Husavik
Nous déjeunons un menu traditionnel au restaurant Gamli Baukur (le restaurant de North Sailing où nous avions 10% de réduction grâce à l’achat de nos billets). En entrée, tapas locales (sortes de différentes rillettes de poissons) et en plat, truite saumonée pour Monsieur et poisson blanc pour moi. C’était délicieux !
Nous visitons le musée de la baleine « Húsavík Whale Museum » où est exposée une impressionnante collection de squelettes suspendus. Ce musée nous apprend plein de choses sur la vie de ces cétacés, leur relation avec les Islandais et notamment l’évolution de la chasse à la baleine. Malheureusement, après 14 ans d’interdiction de chasse, cette pratique « traditionnelle » est de nouveau autorisée depuis 2006…
Après s’être instruits, nous nous pressons sur l’embarcadère pour le départ de notre tour en bateau ! Il existe plusieurs formules : nous avons choisi un tour d’un peu plus de 3 heures qui combine l’observation des baleines et des macareux, oiseaux emblématiques de l’Islande.

croisière baleine
Nous quittons le port d’Húsavík qui rétrécit derrière nous à mesure que nous nous éloignons des côtes. Assez rapidement, notre guide repère des oiseaux qui « tournent » au dessus de la mer pour se nourrir et de souffles d’eau qui jaillissent. Gros indices sur la présence de baleines dans les parages ! Et, en effet, quelques minutes après, nous apercevons 2 baleines ! On reste un moment autour, on s’approche un peu pour les voir de plus près, c’était vraiment magique ! Sur les photos, on ne voit pas grand chose car le temps de dégainer l’appareil, la baleine avait déjà replongé !

croisière baleine

croisière baleine

Puis on s’éloigne en direction de la petite île de Grímsey, habitée par des milliers de macareux (et seulement une centaine d’habitants !) On ne les distingue pas précisément, ce sont de petits oiseaux, mais voire autant d’oiseaux voler ensemble autour de l’île était assez poétique ! Néanmoins, cette croisière représentant un gros budget (nous avons payé 216 € à deux), je ne vous recommande pas forcément l’option observation des macareux. J’aurais aimé qu’on les voit d’un peu plus près.

Jour 4 : Hverir – Dettifoss – Selfoss – Région de Mývatn

L’une de mes journées préférées ! Nous sommes partis tôt le matin en direction de Dettifoss et Selfoss pour éviter la horde de cars de touristes. Sur la route, nous tombons par hasard sur un endroit surréaliste avec des paysages comme jamais je n’en avais vus ! Il s’agit du site de Námafjáll, aussi appelé Hverir. On découvre la terre en fusion. Véritablement ! De la fumée partout, des marmites de boue bouillonnantes, des solfatares (fumerolles) et surtout, une odeur de souffre omniprésente ! Les contrastes de couleurs sont magnifiques et on en profite pour immortaliser ces paysages aussi impressionnants que perturbants… (on se sent vraiment tout petits par rapport au pouvoir de cette nature si imprévisible)

Námafjall

Námafjall

Pour l’anecdote, nous avons croisé un couple de jeunes mariés qui prenaient des photos en tenue de cérémonie ! Le combo robe de mariée et chaussures de randonnée était assez amusant !

Nous arrivons sur les sites de Dettifoss et Selfoss où nous garons la voiture ; les chutes ne sont accessibles qu’après une mini-randonnée d’à peine 2 kilomètres où nous découvrons un paysage très rocailleux formé par la lave. Nous commençons par Dettifoss qui est connue pour être la chute d’eau la plus puissante d’Europe et c’est évidemment celle qui m’a le plus impressionnée ! Le débit d’eau, le bruit de la cascade et les hautes falaises autour sont vraiment spectaculaires. Un vrai « mur » d’eau !

Detifoss

Detifoss

Au niveau de l’intensité, Dettifoss est la chute qui m’a le plus rappelé les chutes du Niagara à la frontière américano-canadienne. Nous poursuivons avec Selfoss, cascade qui se situe en amont de Dettifoss. J’ai beaucoup aimé les amas de roches tout autour de la chute d’eau et le fait de devoir enjamber la rivière, de rocher en rocher, pour se rapprocher au plus près de la chute.

selfoss

selfoss
Nous passons ensuite l’après-midi dans la région de Mývatn. Tout d’abord à Mývatn Nature Baths, des bains chauds concurrents du célèbre Blue Lagoon. Les bains sont chauffés par la géothermie. L’eau arrive à la source à une température de 100°C et nous est « refroidie » à une température entre 36 et 41°C ! Plusieurs avantages à choisir Mývatn Nature Baths plutôt que Blue Lagoon : moins touristique, moins cher, pas besoin de réserver à l’avance et surtout, une jolie vue sur les montagnes !

Myvatn nature baths
Après une après-midi détente, nous reprenons la route et tombons directement sur le Blue Lake, juste à côté des bains. La couleur bleue turquoise de l’eau est hallucinante ! Et avec la terre ocre, elle ressort encore plus.

Blue Lake
Nous terminons la journée par une petite randonnée autour du lac Mývatn. C’est une région que j’adorée avec son immense lac entourée de montagnes verdoyantes, de cratères, de volcans ainsi qu’une faune et une flore très riche.

lac Myvatn
Nous dormons au milieu de nulle part avec vue sur Askja, majestueux volcan dans les Hautes Terres d’Islande que nous n’aurons pas la chance d’approcher (pas assez de temps et route difficile avec des gués).

Jour 5 : Route vers l’Est – fjord de Fáskrúðsfjörður – F road

A l’inverse de la journée précédente, ce cinquième jour fût éprouvant tant physiquement que moralement. Nous nous réveillons sous la pluie après une mauvaise nuit de sommeil : nous avons souffert du froid pour la première et unique fois du voyage. En effet, en se rapprochant du centre de l’île, les températures diminuent et on le sent bien ! En prenant la voiture le matin vers 8h, le thermomètre affichait 3°C, je pense que nous avons flirté avec les 0°C toute la nuit !
Nous prenons la route vers l’Est du pays qui est l’une des régions les plus isolées d’Islande avec très peu d’habitants.

road trip islande
Nous nous arrêtons pour faire une randonnée et partons à la découverte de Litlanesfoss et Hengifoss. Pour pouvoir observer ces 2 cascades, il faut suivre le canyon et grimper sur une colline très abrupte. Avec la pluie, le vent de face et la fatigue, ça a été très difficile pour moi d’atteindre la première étape qu’était Litlanesfoss. J’ai vraiment crû que je n’y arriverai pas ! Après une bonne heure de marche, nous y arrivons enfin et découvrons une cascade spectaculaire avec ses colonnes basaltiques formées par les coulées de lave. La météo étant vraiment difficilement supportable, nous n’avons pas pu aller jusqu’à Hengifoss (il nous aurait encore fallu plus d’une heure supplémentaire pour l’atteindre…)
Nous poursuivons vers les fjords de l’Est et notamment Fáskrúðsfjörður. Malgré la pluie, les paysages parcourus sont magnifiques ! La route est difficile, à flanc de montagnes ou sur les rives de la rivière Lagarfljót, en lacets plus ou moins serrés et avec un sacré dénivelé ! On a l’impression d’être seuls sur la route, on croise plus de moutons que de voitures…

road trip island

road trip island

Malheureusement, en arrivant à Fáskrúðsfjörður, la pluie est tellement dense et le brouillard si épais qu’on devine seulement la beauté du paysage. On imagine cette petite ville côtière entre mer et montagne qui doit avoir un charme fou sous un ciel bleu !
Nous nous arrêtons pour déjeuner, nous réchauffer et reprendre des forces avant de continuer la route vers le Sud.
Pour la première fois, nous empruntons une « F road », autrement dit une route interdite aux citadines et uniquement réservée aux 4×4 (ce que nous avions loué). Et… comment dire ? La route était extrêmement difficile, très étroite, très pentue, obstruée par de nombreux (gros) rochers… La totale ! Ces kilomètres furent les plus longs de toute ma vie… Surtout quand ton téléphone affiche « Aucun service » ! Nous étions tellement stressés qu’on n’a même pas pris le temps d’admirer le paysage. C’était vraiment une route du bout du monde, perdue au milieu de nulle part avec une nature sauvage et parfois dangereuse.

Et voilà le résultat…

road trip 4x4
Nous arrivons à mi-parcours de notre road trip et, pour nous remettre de nos émotions, nous décidons de passer la nuit au chaud (et au sec !) dans une guesthouse près de Höfn. On profite d’une douche chaude, d’un bon repas avec vue sur le glacier Vatnajökull et d’un lit douillet. Le grand luxe après 4 jours sous la tente (et la pluie) !

La suite de nos aventures dans un prochain article…

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply BeautyEveryday 31 juillet 2017 at 11 h 59 min

    Olala mais tes photos sont tellement belles, ça confirme l’idée que je veux absolument y aller, c’est vraiment magnifique, j’aime ce genre de paysages !
    quelle chance d’avoir vu 2 baleines, je trouve cette photo très jolie même si on la voit pas en entier !
    la couleur bleu turquoise du Bleu Lake est dingue mon dieuuuuuuuu !
    Bisouuuuuuuuuuus<3

    • Reply moncarnetdore 31 juillet 2017 at 19 h 46 min

      Merci beaucoup Alexia, ça me fait plaisir ! Tu verras dans la 2ème partie de notre roadtrip les paysages sont tout aussi magnifiques !
      Si tu as l’occasion d’aller en Islande, fonce ! Je pense que tu ne seras pas déçue 🙂
      Bisous <3

    Répondre à moncarnetdore Cancel Reply