Humeurs

Coeur meurtri

16 novembre 2015
attentats paris 2015

Je commence cet article sans savoir s’il sera publié. Mais je ressens le besoin de mettre des mots sur ce qui s’est passé lors de cet effroyable week-end. Peut-être pour me libérer de la douleur qui pèse dans mon coeur, et surtout, pour rendre hommage aux victimes de ces odieux monstres.

Vendredi 13. Une journée banale dans ma banlieue parisienne. Calme, paisible. Jusqu’au moment où résonnent les mots « prise d’otages », « morts », « Paris ». Comme une mauvaise piqûre de rappel des attentats de début janvier. Alors on zappe sur les chaînes d’informations et on découvre l’Horreur. Quelques messages envoyés aux amis habitant à Paris pour se rassurer. Ils vont bien. Soulagement égoïste. Le nombre de victimes continue à s’alourdir et l’enfer s’abat dans nos coeurs. Je pleure, je tremble. Des larmes de tristesse, de colère, d’incompréhension, de peur.

J’ai passé presque l’intégralité du week-end avec mon téléphone greffé aux mains, à checker les réseaux sociaux, comme pour vérifier si ce cauchemar était bien réel. Impossible de sortir de chez moi, comme l’impression d’être dans un brouillard permanent. Tous ces avis de recherche des personnes disparues relayés sur Twitter me font prendre conscience de la réalité. On pense à ces familles dont l’attente doit être insoutenable. Ces visages deviennent familiers, leurs sourires deviennent de glaçants poignards lorsqu’on apprend le pire. Pourquoi ? Pourquoi tuer des innocents ? 

Ces visages font écho à ma jeunesse, à notre jeunesse et à notre furieuse envie de vivre et de profiter des moments heureux. Prendre un verre en terrasse avec ses amis, aller à un concert, supporter son équipe. Toutes ces victimes qui étaient là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ça aurait pu être moi, ça aurait pu être mes proches, ça aurait pu être vous, ça aurait pu être n’importe qui.

Aujourd’hui, lundi 16 novembre 2015, toutes mes pensées émues vont aux victimes de ces abominations et à leurs proches. Aux blessés, toujours à l’hôpital, qui se battent pour rester en vie. À toutes ces personnes qui ont vécu l’enfer du terrorisme au plus près.

Je pense aussi au personnel hospitalier, médecins et infirmiers, qui font un travail formidable ainsi qu’aux policiers, pompiers et membres des forces spéciales. MERCI de nous protéger et de sauver des vies.

Je vais essayer de conclure ces quelques lignes par un message positif malgré la peur qui m’assaille. Oui, j’ai peur. Peur de ce que nous allons devenir, peur du monde qu’on va laisser à nos enfants. Mais il faut que la vie continue. Je continuerai à sortir, je continuerai à aller voir mes groupes préférés en concert, je continuerai à prendre les transports en commun, je continuerai à être heureuse.

Restons unis, restons solidaires.

Distribuons de l’amour partout où nous allons et gardons l’espoir d’un monde meilleur.

♡♡♡

3 Comments

  • Reply Freyja 17 novembre 2015 at 20 h 48 min

    très beau message et hommage que je n'ai pas eu la force d'écrire sur mon blog. J'essaie de m'entourer de mes proches au possible, de réaliser ce qui se passe chez nous, de redescendre sur terre et d'accepter que ce n'était pas un cauchemar!!
    il faut rester positif tu as raison!
    bon courage et bisous !

    • Reply Laurine A. 18 novembre 2015 at 14 h 03 min

      Merci beaucoup <3
      On réagit tous différemment par rapport à ces événements. Tant que c'est dans le respect et la compréhension 🙂 J'ai eu besoin d'extérioriser tout ça et mon blog m'a permis de le faire.
      Profite bien de tes proches et prends soin de toi <3
      Bisous !

    • Reply Freyja 18 novembre 2015 at 19 h 31 min

      c'est vrai que le blog est un vrai échappatoire à tout cela! il faut profiter de nos moyens d'expression, pour se libérer de nos tensions, de nos peurs, de nos pensées négatives!
      merci beaucoup
      bisous <3

    Leave a Reply